Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Alain

Voiture électrique et maison individuelle s'associent pour proposer l'habitat périurbain de demain

11 Novembre 2010 , Rédigé par AlainG Publié dans #Urbanisme

Une information du Moniteur. Ceux qui pensaient que la crise pétrolière pouvait être l'occasion d'un renouveau urbain au détriment des quartiers extensifs de faible densité ont de quoi être inquiets. Même si ce n'est pas pour tout de suite, si ce concept se développe (graâce notamment aux progrès sur le rendement des panneaux solaires), l'habitat pavillonnaire isolé aura de beaux jours devant lui ...

 

Eric Leysens | 09/11/2010 | 16:26 | Bâtiment


© Maisons France Confort
Concept "MFC 2020"

 

Des panneaux photovoltaïques sur le toit, une batterie sous le capot, la maison individuelle et la voiture électrique sont complémentaires. Les constructeurs de maisons et d'automobiles commencent à travailler ensemble, en vue d'offrir une solution de transport et de logement énergétiquement autonome.

En Allemagne, vendredi 5 novembre, dans le cadre d'un programme de recherche de l'Institut de technologie de Karlsruhe (ville située à proximité de la frontière française), en partenariat avec plusieurs industriels dont Opel, un prototype de logement associé à un véhicule électrique a été inauguré.
En théorie, le principe est simple. La voiture, équipée d'une batterie bidirectionnelle, stocke le surplus de production électrique des panneaux photovoltaïques de la maison lors des périodes de faible consommation et le restitue lorsque la demande augmente. Pour arriver à un équilibre énergétique, il est nécessaire que la consommation de la maison, tous postes confondus , soit la plus faible possible et que la surface de panneaux photovoltaïques soit la plus grande.
Par exemple, le label d'origine allemand « Passivhaus » exige un besoin maximal, en énergie primaire, tous postes confondus, de 120 kWh/m²/an, soit pour une maison de 100 m², une consommation annuelle de 12 000 kWh. En estimant que 10 m² de panneaux polycristallins fournissent 1000 kWh/an, il faudrait, pour une maison de 100 m² labellisée passive, au moins 120 m² de panneaux pour satisfaire les besoins de la maison. La consommation de la voiture nécessitant des m² de panneaux supplémentaires, le recouvrement complet de la surface de la toiture d'une maison passive de 100 m² de plain-pied constituerait un minimum pour obtenir une production suffisante.
D'une surface de 80 m², le prototype allemand va être habité pendant plusieurs mois. Les occupants pourront ainsi juger si le système « maison et voiture » permet d'être quotidiennement autonome en énergie. En pratique, comme le souligne Marc Jedliczka, directeur d' Hespul, association visant le développement de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, "le mode de vie qui va avec ce système - voiture électrique plus habitation- n'est pas simple". "Le fonctionnement du système « voiture plus maison » suppose que durant la journée, lorsque les panneaux produisent de l'électricité, la voiture reste garée afin que sa batterie se recharge. Cela oblige à ne pas prendre son véhicule pour aller au travail". Il insiste sur le fait que si la batterie se recharge la nuit, en France, ce ne sera pas à partir d'énergies renouvelables mais avec le surplus de production nucléaire. Il fait aussi remarquer que pour résoudre « virtuellement » ce problème, au Japon des fournisseurs d'énergie proposent des contrats considérant que l'électricité avec laquelle on recharge son véhicule électrique au travail est celle produite par les panneaux photovoltaïques des toitures de son habitation.

Avec le développement de la voiture électrique, un nouvel argument vert s'offre au constructeur de maisons individuelles

Maisons France Confort, constructeur de maisons individuelles côté en bourse, a vu ce lundi 8 novembre, son action augmenter à la suite de l'annonce, avant le week-end, du lancement d'un concept « maison et voiture » autonome en énergie. A partir de ce concept baptisé « MFC 2020 », en référence à l'obligation de construire des bâtiments à énergie positive qui s'appliquera d'ici une dizaine d' années, la construction d' un prototype de 170 m² va débuter au cours du 1er trimestre 2011 dans le Rhône. La livraison est programmée pour le 1er trimestre 2012.
Ossature en acier, 20 cm de polyuréthane, 12 cm de laine de bois et matériau à changement de phase à l'intérieur, l'enveloppe de ce futur bâtiment vise à être très performante. Côté équipements, la maison ne sera éclairée qu'avec des Leds et le chauffage de l'air et de l'eau sera assuré par le T zen 400 de Aldes (VMC double flux combiné avec une Pac et un ballon d'eau chaude). La voiture qui accompagnera l'habitation n'a pas encore été choisie. Les deux constructeurs automobiles approchés par Maisons France Confort proposent deux types de batteries différentes, dont la durée de vie n'est pas la même.
Pour la production d'électricité, 130 m² de panneaux photovoltaïques devraient assurer la consommation totale du logement et permettre à la voiture de parcourir quotidiennement une distance de 60 kms. Des simulations dynamiques doivent encore être effectuées par EDF, un des partenaires du projet, pour vérifier théoriquement le bilan énergétique.
Aujourd'hui, si Maisons France Confort parle de concept « zéro énergie et zéro CO2 », c'est que le constructeur ne regarde que la phase exploitation. Le CSTB réalisera prochainement un « bilan environnemental » qui devrait permettre de mesurer ce que représente l'énergie grise de l'ensemble, énergie nécessaire à la production, la fabrication et l'utilisation, par rapport à la production des panneaux, durant la durée de vie du bâtiment. Ainsi, il sera possible de constater si le slogan « zéro énergie » peut réellement s'appliquer à l'ensemble du cycle de vie.
En attendant, le constructeur de maisons individuelles défend l'idée que son concept est "une alternative pertinente aux problèmes de densification à outrance" et qu'il "apporte des solutions efficaces au décongestionnement des centres urbains".
Le directeur d'Hespul considère comme antinomique de parler de périurbain et de développement durable. Pour lui, l'unique enjeu est de reconstruire la ville sur elle-même. Et s'il veut bien entendre parler de logements individuels et de transports non collectifs, c'est dans le cadre d'un type d' habitat groupé combiné à un système de covoiturage.

 

Pour prolonger le débat, on peut voir les articles suivants :

http://www.lemoniteur.fr/191-territoire/article/point-de-vue/770075-la-voiture-electrique-risque-de-favoriser-l-amenagement-d-un-territoire-disperse

http://www.lemoniteur.fr/191-territoire/article/point-de-vue/769634-la-voiture-electrique-symbole-de-la-fabrique-de-la-ville-durable

 

11/11/2010

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

auto école Bruxelles 05/08/2014 22:16

c'est une bonne chose en tout cas pour faire avancer la manière de penser