Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Alain

Un consortium français prépare une nouvelle génération de cellules photovoltaïques

22 Juin 2010 , Rédigé par AlainG Publié dans #Energie

Une information du Moniteur. enfin une filière photovoltaïque française et une alternative au tout silicium ? L'innovation vient d'une entreprise qui à priori n'est pas encore sur ce marché du solaire mais qui maîtrise la chimie au travers de son activité sur les cartouches d'encre. La fabrication sera t'elle française ou encore externalisée ?

 

Deux autres articles sur le sujet. Un ici (Presse Océan), un autre ici (Plein-soleil). Voir aussi le site d'Armor ici, bien qu'il n'y ait pas d'autre information sur le sujet..

 

Fabienne Proux | 21/06/2010 


© Armor
Cette nouvelle génération de cellules photovoltaïques est composée à partir de composés chimiques organiques mis en œuvre par enduction.

Dévoilé la semaine dernière, le projet Oscar (Organic solar Cells by Armor) vise à mettre au point des films minces photovoltaïques organiques (OPV) dont la production industrielle doit être lancée en 2015.


Cette innovation est présentée comme la troisième génération de cellules photovoltaïques. L'objectif est de s'affranchir des matériaux rares comme le silicium qui sont couteux, toxiques et dont l'usage est limité. Il s'agit de développer des cellules photovoltaïques à partir de composés chimiques organiques (carbone, de l'oxygène, de l'hydrogène, de l'azote...) mis en œuvre par enduction.
Grâce à un coût divisé par quatre, un usage simplifié du fait de leur légèreté et un rendement presque doublé (de 6 % actuellement à 8 % puis 11 % à terme), les applications de ces cellules seraient démultipliées. Outre le bâtiment qui reste le premier secteur visé pour équiper tous les supports (auvents, parois verticales, éclairage urbain), l'électronique nomade offre également d'importantes perspectives. Le potentiel de chiffre d'affaires est estimé entre 50 et 100 millions d'euros dès la première année.

Porté par l'industriel nantais Armor, spécialiste européen du transfert thermique (code à barres) et des cartouches pour imprimantes, le projet Oscar (20 millions d'euros d'investissement) rassemble quatre autres acteurs aux compétences complémentaires. A commencer par deux laboratoires : le CEA-Ines (Institut national de l'énergie solaire) basé sur la technopole de Savoie Technolac au Bourget du Lac en Savoie et le LCPO (Laboratoire de Chimie des polymères organiques) de l'université de Bordeaux. Le premier est chargé de la caractérisation des cellules et le second de l'innovation dans les matériaux actifs constitutifs (molécules, polymères) afin d'optimiser leurs performances. Les deux autres partenaires sont des industriels : le fabricant de rubans adhésifs et de polymères Plasto à Dijon travaille sur l'encapsulation des cellules pour en assurer la résistance et Amcor à Sarrebourg conçoit les films très haute barrière enveloppant l'ensemble. Armor de son côté assemblera les différents éléments et doit mettre au point les machines permettant l'industrialisation des cellules OPV dans son usine de la Chevrolière, spécialisée dans le transfert thermique.

Quatre années de recherches sont encore nécessaires avant de lancer une production industrielle afin de résoudre notamment des problèmes de durée de vie et de rendements. Les cellules seront produites à l'usine d'Armor de la Chevrolière au sud de Nantes. Les premiers échantillons sont prévus pour 2012 et les prototypes pour 2013.

 

22/06/2010

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article