Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Alain

Un audit du réseau routier va être lancé

21 Janvier 2011 , Rédigé par AlainG Publié dans #Infrastructures

Encore un débat autour des infrastructures routières nationales ... Si le mauvais état de nos routes est patent, il faut bien avouer que la conjonction du Grenelle de l'Environnement qui jette l'oprobe sur les routes et la RGPP (rérision générale des politiques publiques) qui vise à dépenser moins d'argent dans tous les services publics ne contribuent pas à une efficience de ce réseau ... public. Peut-être que le jour où les usagers deviendront des clients, la donne évoluera (à l'image des autoroutes concédées) !

 

route L’Etat néglige son réseau de routes. Partant de ce constat, l’association TDIE, affiliée à la Fédération des travaux publics, entend mener un audit sur l’état de celui-ci et enrayer sa dégradation.

 

L’association Transport Développement Intermodalité Environnement (TDIE), qui regroupe des élus et des professionnels du transport, a décidé de mener une étude sur l’état du réseau routier national, pointant du doigt la négligence de son propriétaire, l’Etat.

L’état des routes en France s’est dégradé, c’est un fait. Densité du trafic, intempéries – surtout suite aux deux rudes hivers 2009 et 2010 - et manque d’entretien sont les principales causes du mauvais état des axes routiers nationaux non concédés. Car c’est bien le linéaire sous la responsabilité de l’Etat qui est mis en cause par TDIE. « Ce n’est pas très raisonnable de passer sous silence la question du réseau routier qui assure 90% du fret et une bonne partie des déplacements des personnes dans ce pays », s’est indigné Philippe Duron, co-président de l’Association et député-maire PS de Caen. TDIE va donc se pencher sur la gestion patrimoniale par l’Etat de son réseau routier et des ouvrages d’art (ponts) qui y sont inclus.



250 M€ pour maintenir le réseau en état correct
Alors qu’un audit du réseau ferroviaire a été lancé récemment, que le réseau fluvial est également bien cadré, aucun chiffre ne permet de jauger de l’état du réseau routier. En outre, pour des raisons de sécurité routière et de dégradations constatées sur le terrain, TDIE estime indispensable que des actions soient menées pour conserver et maintenir un réseau en bon état. Il faudrait, selon TDIE, une enveloppe de 250 millions d’euros cette année pour revenir à un réseau à l’état moyen – sans parler de modernisation ni de développement – et environ 230 M€ en année ordinaire pour le maintenir et l’entretenir. A ce jour, il se pourrait que le budget soit en dessous de la moitié de cette enveloppe…

Encore faut-il que l’Etat, dont ce n’est a priori pas la priorité, ne se trompe pas de débat. « Il ne s’agit pas de développer le réseau, mais bien de veiller à sa gestion patrimoniale », insiste Olivier Deleu, Délégué général de TDIE. L’étude, qui serait publiée pour la rentrée de septembre 2011, se place dans la continuité du Schéma national des infrastructures de transport (Snit). « La route est politiquement incorrecte » à l’heure du Grenelle de l’environnement, a estimé l’autre co-président de l’association, Louis Nègre. En effet, comment concilier le développement de transports doux et écologiques – comme le souhaite l’Etat - avec des routes inadéquates ?

 

21/01/2011

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article