Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Alain

Rail: La séparation en deux entités « n’a pas d’avenir »

24 Septembre 2011 , Rédigé par AlainG Publié dans #Transports-déplacements

Un article de la Gazette des Communes sur la question de la séparation de la SNCF et de RFF

Ce qui est intéressant, c'est que ce soit G. PEPY en personne qui pose la question de cette séparation en deux entités et quelque part de la légitimité de cette séparation. Outre que la répartition des responsabilités et des coûts n'est vraisemblablement pas très claire, cette séparation de 1997, sous les auspices de l'EUROPE et en premier lieu de nos dirigeants français de droite comme de gauche se voulait une garantie d'un abaissement des coûts des transports pour l'usager.

A voir le bilan en 2011, il n'est pas sur que ce soit l'usager (pardon le client) qui ait gagné quelque chose, sauf une hausse des prix du transport en train. A l'heure où il faudrait privilégier ce mode de transport ...

 

Rappelons-nous aussi au début du TGV que dans les premières années, il y avait un prix du billet comparable aux grandes lignes plus une réservation obligatoire, ce qui de fait renchérissait déjà le prix du transport. Maintenant, c'est l'opacité qui domine ...

 

Sans vouloir un retour en arrière, revenons à l'essentiel, un service public de qualité pour des usagers contribuables.

 

La séparation du rail en France en deux entités "n'a pas d'avenir", a indiqué Guillaume Pepy, président de la SNCF, en référence à la division depuis 1997 entre le gestionnaire Réseau ferré de France (RFF) et l'exploitant SNCF.

« En France, il y a deux patrons et il nous semble que cela ne doit pas continuer ainsi. Nous ne souhaitons toutefois pas un retour en arrière. Le système reste à inventer », a-t-il insisté cette semaine lors d’un séminaire de presse à Reims.

La création de Réseau ferré de France (RFF) en 1997 avait pour but de décharger la SNCF d’une grosse partie de sa dette et de confier la gestion des voies ferrées à un organisme indépendant dans la perspective de l’ouverture à la concurrence, mais le partage des tâches et des charges reste complexe.

Contexte d’ouverture à la concurrence – Pour le président de la SNCF, de nombreuses clarifications sont donc nécessaires particulièrement dans un contexte d’ouverture à la concurrence.

Ce dernier a d’ailleurs précisé que la SNCF « acceptait la concurrence ». « Cela veut dire en clair que nous ne demandons pas de délai mais nous souhaitons qu’une décision soit prise pour pouvoir nous y préparer », a-t-il affirmé.

En effet, si les lignes internationales au sein de l’Union européenne sont ouvertes à la concurrence depuis 2009, la libéralisation totale des lignes intérieures, elle, n’est pas encore programmée.

 

24/09/2011

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article