Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Alain

L’épandage des boues d’Achères partiellement refusé

4 Janvier 2011 , Rédigé par AlainG Publié dans #Déchets

Une information relayée par la Gazette des Communes. La problématique des déchets sous quelque forme que ce soit ne semble pas encore en voie d'être totalement résolue ... Après avoir détruit des centaines d'hectares de zones agricoles en région parisienne, la station d'Achères a des véléités d'épandre dans le Cher. ??? Loin des yeux, loin du coeur ? C'est totalement incompréhensible d'aller déverser ses déchets chez les autres, sous prétexte que c'est moins urbanisé ... Sans parler du bilan carbone du transport supplémentaires des boues (même desséchées).

 

L'article revient sur la (demie) victoire des associations pour limiter l'impact de ces épandages ...

 

Par J. Talpin

Publié le 04/01/2011

Le tribunal administratif d’Orléans a annulé en partie le 22 décembre 2010 les autorisations préfectorales accordée à la station d’Achères.

La décision de justice clôt la polémique engagée depuis trois ans dans le Cher au sujet de l’épandage des boues de la station d’épuration d’Achères en région parisienne.
Le TA d’Orléans avait été saisi par l’Association de veille environnementale du Cher (AVEC) qui regroupe la plupart des associations environnementales du département mais aussi plusieurs communes dont certaines comme Blancafort et Méry-ès-Bois avaient pris des arrêtés municipaux refusant l’épandage (mais arrêtés qui avaient été annulés par le TA le 28 décembre 2009).
Le 22 décembre 2010, le tribunal administratif d’Orléans a donc annulé en partie les arrêtés préfectoraux du 6 février 2008 et du 11 juin 2010 autorisant l’épandage sur 3.000 hectares.
Les juges ont considéré que l’épandage ne pouvait être réalisé sur des surfaces trop acides (pH inférieur à 6) ainsi que sur des parcelles proches de points de captage d’eau potable.
L’épandage est donc finalement autorisé sur 2.000 hectares au lieu de 3.000.

Satisfaction de toutes les parties

Cette « demi-victoire » des environnementalistes semble satisfaire toutes les parties.
La préfecture a décidé de ne pas faire appel tandis que l’AVEC par la voix de son président Willy Béteau juge cette « décision satisfaisante même si nous aurions voulu qu’il n’y ait plus d’épandage du tout ».
L’épandage qui devrait débuter en mars prochain sera contrôlé par une « Mission d’Expertise et de Suivi des Epandages », structure co-financée par l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, le conseil général et la chambre d’agriculture et chargée d’apporter une « expertise technique sur les dossiers ».

 

04/01/2011

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article