Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Alain

Eolien offshore : EDF EN et Alstom, nouveaux alliés ambitieux

24 Janvier 2011 , Rédigé par AlainG Publié dans #Energie

Une information de la Tribune sur le futur appel à projet autour de l'éolien offshore qui devrait être officiellement lancé le 25 janvier prochain.
Source : La Tribune.fr - 20/01/2011
  |    
DR
 DR

Alstom et EDF Energies Nouvelles (EDF EN) n'ont pas attendu l'annonce officielle du gouvernement pour se positionner sur l'éolien offshore : les deux groupes viennent de signer un contrat d'exclusivité pour répondre conjointement à l'appel à projets qui devrait être lancé avant la fin du mois de janvier.

Alstom estime que cet accord lui permettra de devenir un chef de file industriel de l’éolien offshore en France et l’un des leaders sur le marché mondial.

Des usines en France ?
Alstom fournira en exclusivité les éoliennes offshore de 6 MW qu’il est en train de développer à EDF EN et ses partenaires pour équiper leurs futurs parcs éoliens en mer. Alstom envisage de créer en France plusieurs usines pour la production et l’assemblage de composants et vise également à fédérer d’autres acteurs français de la filière sur la R&D des équipements et l’ingénierie de la construction.
La turbine de 6 MW, dont le pilote en cours de construction sera installé d’ici à la fin de l’année, devrait être commercialisée en 2013. Alstom avait indiqué il y a quelques mois l’ouverture d’un site dédié à sa production en Europe mais le groupe n’a toujours pas arrêté son choix. « L’installation d’une usine dépend du marché qu’on pense avoir dans la zone », a précisé Denis Cochet, directeur marketing et commercial d’Alstom Power, à GreenUnivers. Les résultats de l’appel à projets seront donc un facteur décisif dans la création d’usines en France.

Montée en puissance d'Alstom dans l'éolien
Acteur encore modeste de l’éolien, Alstom a installé à ce jour 2.080 turbines dans le monde pour une puissance de 2.600 MW, soit 2% de la capacité mondiale. Ces principaux marchés sont l’Espagne, le Royaume-Uni et la France, mais il est aussi présent au Maroc et au Brésil, où il dispose d’une usine d’assemblage. La stratégie du groupe semble payer au vu des prises de commandes enregistrées dans le secteur des renouvelables : un peu plus d’un milliard d’euros sur les neuf premiers mois de l’exercice 2010/2011 (avril à décembre 2010), en hausse de 8% sur un an, dans un contexte de reprise générale des commandes avec 12,5 milliards d’euros sur la période, en augmentation de 10%.
Le groupe voit grand et compte se hisser parmi les leaders du secteur, en distinguant toutefois les marchés de l’éolien terrestre et offshore. « L’éolien terrestre s’est composé avec de petits investissements et des petits constructeurs même s’il a tendance à se rationnaliser. L’offshore représente une autre taille de marché, avec des machines plus complexes, des investissements plus importants et un nombre d’acteurs plus limité », analyse Denis Cochet.
Alstom estime que l’accord avec EDF EN lui permettra de devenir un chef de file industriel de l’éolien offshore en France et l’un des leaders sur le marché mondial. « Nous disposons d’une expérience dans l’éolien et d’une technologie offshore qui permettront de fournir une électricité à un coût compétitif. Alstom est prêt à développer, à partir de la France, une filière industrielle génératrice d’emplois et d’exportation », a indiqué dans un communiqué le vice-président senior d’Alstom Hydro & Wind, Philippe Cochet.

4 projets pour EDF EN
De son côté, EDF EN, filiale à 50% d’EDF, est présent dans l’éolien offshore notamment à travers deux projets : C Power, un parc éolien en mer de 325 MW en cours de réalisation en Belgique, dont 30 MW sont opérationnels, et le projet Teeside de 67 MW développé au Royaume-Uni, dont la construction démarre. Le groupe travaille sur 4 projets offshore en France, l’un dans la Manche, deux dans la Méditerranée pour environ 310 MW et un autre de 72 MW sur la côte Atlantique.
Ces 4 projets, développés par EDF EN et des partenaires regroupés au sein d’un consortium, entreront dans le cadre de l’association avec Alstom à condition qu’ils remplissent les conditions posées par l’appel d’offres, notamment sur l’emplacement géographique. Si l’un d’eux est retenu, Alstom en serait le constructeur exclusif, précise EDF EN. « Ce partenariat illustre notre volonté, quelle que soit la filière, de prendre part à l’émergence de nouvelles industries en France et d’inscrire notre position de leader de la production d’électricité renouvelable dans une logique industrielle de long terme », souligne Yvon André, directeur général délégué d’EDF EN, en charge des activités France.

L'appel d'offres toujours en attente
Malgré ses ambitions de disposer d'une capacité installée offshore de 6 GW en 2020, la France ne compte à l’heure actuelle aucun parc en exploitation, ni même en construction. Très en retard par rapport à ses voisins européens dans ce qui s’annonce un marché d’autant plus porteur que le pays possède 3.500 Km de côtes, le gouvernement n’a pourtant toujours pas lancé son appel d’offres, attendu initialement en septembre 2010.
Eric Besson, ministre délégué chargé de l’Energie a récemment annoncé que cet appel d’offres, portant sur une puissance cumulée de 2.000 à 3.000 MW, serait lancé avant la fin du mois de janvier "après arbitrage du Premier ministre."
En Europe, le marché décolle avec la construction en cours de 16 fermes en Belgique, en Allemagne, au Danemark et au Royaume-Uni, pour une puissance totale cumulée de près de 4 GW. Le parc éolien offshore européen représentait 2.4 GW de puissance installée au 30 juin 2010, selon l'association européenne de l'énergie éolienne, EWEA.

 

24/01/2011

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article