Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Alain

« Enfin, et sans délai, passer de la ville routière à la ville pour tous ! »

7 Février 2011 , Rédigé par AlainG Publié dans #Transports-déplacements

Un article du Moniteur sur la bataille des modes doux contre la voiture en ville au travers de ce club des villes cyclables ...

 

| 04/02/2011 | 15:44 | Aménagement


ernest laemmel/CUS
Alain Jund, vice-président du Club des villes cyclables et conseiller communautaire de Strasbourg chargé du vélo

Réunis le 3 février à Strasbourg pour la rencontre sur « Le Code de la rue, une nouvelle façon de vivre la ville », les élus du Club des villes et territoires cyclables demandent au gouvernement de relancer la démarche pour étendre le Code de la rue, qui s'illustre par de nombreuses expériences locales, au niveau national.

Plus de 300 participants - élus, techniciens des villes, représentants d'associations...- s'étaient
Donné rendez-vous le 3 février 2011 à Strasbourg pour la rencontre sur « Le Code de la rue, une nouvelle façon de vivre la ville », organisée par la Ville et la Communauté urbaine de
Strasbourg et le Club des villes et territoires cyclables.
Jean-Marie Darmian, président du Club des villes et territoires cyclables, maire de Créon et conseiller général de la Gironde, a ouvert le colloque au côté de Roland Ries, sénateur-maire de Strasbourg, président de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau et président du GART.
Il a souligné « le chemin parcouru depuis le lancement du Club des villes et territoires cyclables en 1989 », avec 10 villes pionnières, dont Strasbourg, et qui est aujourd'hui « un acteur incontournable du vélo et de la mobilité durable », un réseau fort de plus de 1 000 collectivités territoriales (métropoles, petites villes, régions, villes moyennes, départements, intercommunalités...).

Une nouvelle façon de vivre la ville

Pour les élus du Club des villes et territoires cyclables, le Code de la rue est « plus qu'une démarche réglementaire, c'est une nouvelle manière de vivre la ville. C'est en quelque sorte un « nom de code » pour une nouvelle approche de la ville, des usages et des usagers de la rue ! C'est le passage du statut de consommateur de l'espace public à celui de citoyen utilisateur d'un espace partagé.»
Dès 2005 et en 2006, le Club s'est fortement mobilisé sur la problématique Code de la rue, pour « enfin, et sans délai, passer de la ville routière à la ville pour tous ! » Il ne faut plus « raisonner en vitesse nominale de chaque mode de déplacement - comme critère de performance - mais en capacité de ce mode de donner accès à un grand nombre de services, de fonctions urbaines, d'activités et de gens (...) ». Il ne faut plus « cantonner les problématiques de mobilité et d'aménagement urbain aux seules questions de respect de la règle, de sécurité et d'accessibilité. »

Démarches locales

Force est de constater qu'en 2011, le bilan de la démarche nationale est en panne.
« Des évolutions réglementaires conséquentes ont vu le jour en 2008 à l'issue d'un travail collaboratif important : principe de prudence, création de la zone de rencontre, généralisation des double-sens cyclables dans les zones apaisées. Mais depuis, la démarche se traîne ! »
Les élus du Club des villes et territoires cyclables demandent à la DSCR (Délégation à la sécurité et à la circulation routières) de « donner un mandat clair au comité de concertation et de pilotage national du Code de la rue, et de relancer les travaux sur le stationnement aux abords des passages piétons, la ligne d'effets des feux avancée... et sur la modification du régime actuel des sanctions tenant compte des différents modes et du risque auquel ils exposent autrui »
Le Club sollicite également un rendez-vous auprès de Nathalie Kosiuscko-Morizet, ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement : la relance du code de la rue est un sujets prioritaires. « Mais la dynamique est lancée et on ne pourra faire marche arrière », souligne Jean-Marie Darmian.
Les démarches locales se multiplient. Elles sont courageuses, innovantes et font une large place à la concertation de tous les acteurs de la rue. Après Bordeaux, Toulouse, Chartes et d'autres villes, Rennes a lancé son code de la rue en novembre dernier. Strasbourg est en train d'élaborer le sien. C'est une nouvelle histoire de la ville, plus respectueuse de tous, qui s'écrit. »

 

07/02/2011

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article